J'irais dormir, moi aussi...

Publié le par Fedida Maklouf

 

3923032436_e96a277e49.jpg

 

Il est deux heures du mat, Marrakech, la nuit est aérienne, l'espace grandiose.

 

Je me fais une pause-café, dans une station-essence-café-restaurant-tabac-souvenirs, l'endroit et vide et je suis le seul client.

Tout seul.

Je remarque, qu'il souffle ce soir, un vent légèrement laineux, chaud, c'est rare, d’habitude il est plutôt acide, sec, et coupant, portant les vents de l'atlas et des montagnes berbère.

 

 Une douce musique Amazigh se répand dans la salle, en même temps que des ouvriers s'affairent, dans des travaux de rénovation. L'espace, se détend dans un calme surprenant, pour qui connaît le Maghreb.

Je profite, en savourant un "café séparé" ce que j'adore prendre, dans mes fins de nuits à rallonges, qui semblent se raccourcir davantage, en devenant plus blanches de nuit en nuit.

 

J'ai quitté mon second amour, je l'ai laissé allonger dans son lit, abandonnée, à moitié endormi, je crois.

Je me suis expliqué une fois de plus avec elle, sur des détails, mais attentes, mes envies... Elle ne comprend rien visiblement de mes reproches, elle est jeune Nie ma, elle a fêté ses 27 ans hier.

Elle était belle hier, dans sa robe "bleu nuit ensorcelante" et courte, trop courte pour un vieux jaloux comme moi.

Toute la soirée, je ne l'ai pas quitté des yeux, tant elle était jolie, pimpante et toute sourire. Son anniversaire, a bien commencé, musique orientale, chansons orientales, danses orientales et tutie... Ça ne pouvait pas mieux se passer, deux copines, plus elle et moi, au total : trois femmes pour un seul homme...

 

Trop, de musique, trop d'alcools, trop de joies, trop d'amour, c'est trop ! Imagine trois belles brunes, corps splendides, belles à rendre l'âme, dansant entre deux verres, à la mode "Maroco-Libano-Saoudienne, indescriptible... 

 J'ai trop picolé, cette soirée-là. Toutes les filles ont bu aussi, sauf Sana, qui a bu de l'eau toute la nuit, la souriante" comme je l'appelle, elle a un joli minois, des lèvres pulpeuses à faire damner mille saints, des courbes insensées, des yeux noirs et joueurs.

Elles ont dansé... C'était beau à voir. 

 

Le cabaret, " L'Oscar" c'est son nom. Il est connut des "couche tôt le matin", des nuits "chaudes de Marrakech", avec sa musique live, musiciens en chair et en os, sa déco classique et ses chanteurs extraordinaires, que sont les Orientaux.

De la fumer de cigarettes partout, les yeux m'ont piqué toute la nuit, mais c'était bien, malgré ce détail, qui fait partie de mes nuits volontaire d'insomnies.

Niema a dansé sans retenu, a bu avec gourmandise verre après verre. Elle m'a impressionné! Elle tient la route, ma chérie, pourtant, elle parait si tendre, si fragile, si belle à en crever.

 

Je ne déteste pas les femmes qui picolent, loin de là? Ça leur donnent des éclats d'étoiles scintillantes dans les yeux et parfois, provoque chez certaines un léger strabisme qui les rend plus attirantes et sexy. Tiens, enfin le "serveur", le "garçon", je ne sais plus trop comment le nommer, se décident à me poser un cendrier sur la table de huit places, que j'occupe en solitaire . La vue du cendrier, me décide à l'allumage de la énième clope.

 

Je prends mon temps, rien ne presse, rien qui m'attend, pas même ma légitime femme, celle qui est ma chérie, ma douce compagne de mes guerres sans fin, de mes luttes et combats qui s'éternisent...

 

3035621872_cf887a0f1b.jpg

 

 

 

Mon "café séparé" arrive, en même temps qu'un couple, la trentaine. Lui pâlot et polo "Lacoste", elle grande, longue comme sa jupe, et sandales aux orteils.

Mon regard les suit, les imprime inconsciemment, et détecte, pressent : qu'un mur invisible les sépare.

Ils se placent, sans un regard, leur vie est en parallèle sur des rails, des voies différentes qui ne desserviraient pas les mêmes gares.

Je pense, que c'est couple marier.

A distance, je vois un halo de mal-être qui les enveloppe, je sens l'odeur du fossé, qui les sépare, et cela me gène.

Pas un mot. Rien. Je me demande, s'ils ont été amoureux un instant, si leur cœur a battu à l'unisson, un seul jour, une seule minute, une seconde.

 

Pourquoi mon esprit capricieux s'arrête sur ces gens? Ils ne m’intéressent pas, et pourtant mon regard s'attache. Ce couple, je pourrais le dupliquer à l'infini et n'a aucun intérêt pour moi, mais, impossible de détacher mon regard.

Un mari, une femme que toute divise, c'est la généralité, banale.

Elle, son regard tombe dans un abîme de mélancolie, et pers au passage son mari qui voyage ailleurs.

 

Mon regard, les abandonne un instant et accroche le ciel qui change de maquillage.

 

Il va faire jour trop vite, ici la vitesse du soleil s'accélère, et "sprint" du lever au couché et les étoiles frissonnantes, commencent à cligner des yeux et s'en vont dormir en robes de soirée.

 

Moi aussi... j'irais dormir.

 

Le jour, et là bientôt, qui s'invite, poussant les portes de la nuit. Enfin !

 

Mon café commence à refroidir et moi avec; tandis que quelques voitures et clients arrivent, c'est le jour laborieux, qui, mal rasé, le teint pâle et embrumé, débarque sans vergogne, sans pitié, pour les "ensuqués" du matin et les enfumés de la nuit.

 

Déjà, la nuit n'existe presque plus, et mes fantômes se dispersent avec les petites brumes voilées de soies, qui se déchirent dans le ciel en courant vers les nuages.

 

J'écrase ma cigarette, je ferme mon cœur, j'étouffe mes angoisses, j’éteins mes rancœurs, mes jalousies et jette mes ambitions, rassemble mon courage et les forces qui me reste pour rentrer chez moi.

 

Maintenant, objectif : atteindre ma voiture, que je vois comme étant la plus belle conquête de l'homme, après le chameau. 

 

 

 


 

 

 

Commenter cet article

Fedida Maklouf 02/01/2011 01:35


Bonsoir,
j'espère que tu passes de bonnes fêtes, mes voeux pour cette nouvelle année 2011.
J'ai lu ton commentaire et je ne sais pas si c'est flatteur....
Bonne et douce nuit.
F.M


Sylvia 31/12/2010 21:06


Bonsoir FM, petit mot avant d'aller sabrer le champagne...

Tu es l'homme que j'aurais voulu etre!

Bonne année Amigo


Fedida Maklouf 24/12/2010 09:38


Bonjour Évy, joyeuse fête de Noël, et plus...


Evy 23/12/2010 19:26


Joyeux Noël bonne soirée evy


Fedida Maklouf 15/12/2010 22:10


Merci Eryndel, Moi j'ai aimé votre commentaire. Bonne soirée et à bientôt je l'espère.