Page 12 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRRFM_Ld-i2WyWuLxsnSoSMImdPynB9QVTEna93tPYqxWO3qUUzg2jU9Dllkg

Roman écrit de nuits en nuits.

 

 

Suite de la page 11

Il était une sorte de curiosité, car les gens du cru, n’avaient guère l’habitude de voir un petit à la peau brune. 

Il en était gêné, mais ressentait une pointe de fierté, d’être un peu unique en quelque sorte, et le sujet de toutes les attentions.

 
                                                                         3
Le jour - enfin! Avait repris ses aises, remplissait maintenant l‘espace, et s‘étirait en baillant.
Les bruits de la rue, l’avaient tiré de ses souvenirs et remontaient jusqu’à lui, semblable au flux ascendant des vagues d’une marrée, qui finiraient par recouvrir son minuscule rocher. 
La tête en bouillie, la bouche en carton-pâte, l’estomac à l’envers, les pieds dans l’eau, le souffle court, les yeux exorbités. 
Plus tard… Dans la matinée. 
Le temps de retrouver ses esprits, il avait jeté un coup d’œil par la fenêtre, pour  se rassurer - revérifier que le jour était bien là. Les lettres d’huissiers, les factures de toutes sortes, encombraient sa minuscule table qui lui servait de bureau, de desserte casse-croûte, d’établi parfois. 
le bordel était partout, le désordre s’était installé en maître - avait pris ses aises, inondait le sol, déjà jonché de mille détritus, qui recouvraient sa moquette miteuse, encombraient les fauteuils, le lit, l’évier, la douche, indescriptible capharnaüm de fin du monde. 
Le foutoir était cataclysmique, chaotique, anarchique, miroir de lui-même, reflet de son immense désarroi, représentation vivante, de son incapacité de vivre. 
Les tempes prises en étaux, les mâchoires raidies, le front en nage, le corps en sueur, les jambes en flanelle, il s’était traîné jusqu’à la porte, qu’il avait déverrouillé. 
Sa main tremblait et avait eu du mal, à faire les deux tours nécessaires à l’ouverture de la lourde.
Dans l‘entrebâillement de la porte, il avait cru, reconnaître un visage familier, celui d’Évelyne, une ancienne concubine. Qu’il avait aimé un temps, comme un chien fou. 
à demain peut-être...
http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRnEGa6FtmKCmHur7V7VaetEHC79e85OCL9G5jnwsav4OAUAhg

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Fedida Maklouf 19/12/2010 08:17


Bonjour, Sam
Je suis ravi, de savoir que vous avez pris du plaisir à me lire. Moi, en ce qui me concerne je reçois beaucoup, quand vous m'écrivez, et cela me donne la force de continuer.
A vous lire très vite.
Cordialement.


Sam Borderline 19/12/2010 03:06


j'ai beaucoup aimé ma lecture par ici...
à très vite...


Fedida Maklouf 19/12/2010 01:03


Bonsoir Solenne
je n'avais pas prévu que trois pages s'ouvraient en même temps. Je pensais que le lecteur ne lisait qu'une page, donc n'écouterait qu'une musique à la fois. Je suis désolé, je vais remédier à ça,
au plus vite. Encore merci de venir me rendre visite.
Bonne soirée.
F.M


Sol'N 18/12/2010 22:10


et voila je t'ai trouvé ! Finalement ce n'était pas si dur :-p
J'aime beaucoup l'ambiance de ton site, plus calme que le notre il invite à la méditation et au repose, je suppose que c'était ce que tu souhaitais.
C'était juste un petit message pour te remercier de ton passage chez nous, cependant en arrivant j'ai remarqué qque ton site a un petit défaut autant te le dire. En fait tu as mis plusieurs chanson
de deezer pour illustrer tes articles, l'idée est excelente mais le problème c'est qu'il s'ouvrent tous en même temps du coup nous sommes accueillit nom pas par une chanson mais par 3 (sans compter
le notre car tes deezer s'ajoute à notre musique) ce qui est un peu quincophonique, il faut vraiment soit en laisser qu'une soit mettre la même sur tous les deezer. Juste un petit problème
technique facile à regler.
A bientot.