Page 17 : Nuits Tango

Publié le par Fedida Maklouf

 

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSav4DN7vdoWceeOb1LApDy-yhCzeUI14cCRAm3g3_VkXZVLJ9Z

 

Roman écrit de nuits en nuits.

-Bon j’ai pensé cette nuit, (ça lui arrivait de penser) et, je suis ok, est vous ? C'était le petit Serges, qui l'ouvrait.

Le Baron, lui, s’enfilait sa seconde bibine d’un trait, et une fois, la moustache de son collier débarrassée d’un revers de main, de la mousse qui lui collait aux poils de son collier, a embrayé :

- je suis le Serges, va pour aider le gus. De toutes les manières, je n’ai rien à perdre, je tente le coup. Il a continué :

- de plus les gars, y a de l’oseille à prendre. Vous me suivez .

- Je suis d’accord avec toi. On n'a rien à foutre en ce moment, et je commence à être à l’agonie niveau fraîche.

- Alors, je marche ! A repris le Grand. 

Dans la foulée, j’ai dit que c’était bon pour moi, sur le principe. Fallait voir maintenant, la stratégie. Et je pensais à ce moment-là, ça ne va pas être de la tarte! Mais j’ai fermé ma gueule, je ne voulais pas casser l’ambiance.

Le grand s’est levé. 

- Bon, vous êtes d’accord, j’appelle notre client. A lancé le Grand.

Il est allé voir Riton le taulier, pour qu’il lui branche la ligne du bigophone. Pendant ce temps-là, le Baron s’enfilait sa quatrième mousse. Le Serges se grattait les boules avec rage, et moi, je pensais à ma gonzes que j’avais laissé au plumard, toute chaude, la taille fine, et le reste tout en rondeurs.


à demain peut-être...

 

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSTxdYhQ-WxQpJjlXE0LdNohLkrSFaSNfpKZ4zDSZ9qAVbGNa47

 

 

 

 

 

 

Publié dans ROMAN NUITS TANGO

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article