Page 37 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf

 

En vrac !

http://t1.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ4Jc28d7BrZJ3svKV0iGf3u0J7blfyWn4OJUXzcZNfTWm3L8n5

 

Ronan écrit de nuits en nuits

 

Les premiers soins lui avaient été prodigués, piqûres d’insuline, tonicardiaque, et tout le toutime. Les bourdonnements autour de lui, l’avaient extrait de l’ancien monde et ramené à son nouveau calvaire. On le malmenait, le tirait, le tournait, le piquait, le redressait, il en avait marre, il voulait la paix et repartir dans ses souvenirs, dans ses sommeils. 

« Il n’avait rien demandé ». 

On l’obligeait à boire, se dévêtir, se couvrir, s’allonger, lever sa tête, ouvrir la bouche, tousser, cracher, pisser, souffler.
Il aurait voulu crier, insulter, mordre, gifler, taper, cogner, mais les forces lui manquaient, épuisées, vanné, vidé de sa substance, aspiré par un vide cosmique, un trou noir. 
Il ne pouvait opposer de résistance. 
Il était en maltraitance. 
Et Évelyne, qui n’arrêtait pas de répéter: 
-c’est bien, c’est bien, oh! Il reprend des couleurs. Parler? Il aurait voulu, mais à quoi bon...
 La piaule était pleine de monde, qui s’agitaient, allaient et venaient, « pourquoi? » 
« Pour qui?»  
Il n’en avait plus rien à foutre de ces conneries… 
à demain peut-être...
http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSg4Fp537lgdljYgxS-5k2M95tswWtOiGCnt3MOmC0ef0aI3bQZr7KKhP1Ncg

Photo: troisiememonde.over-blog.com

 

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

Evy 17/02/2011 23:16



Bonsoir


Pénibles épreuves douce nuit a toi bisous evy






Alicia 17/02/2011 08:31



très bien écrit !


excellente journée ! gros bisous.


Alicia.






Fedida Maklouf 17/02/2011 12:08



Bonjour Alicia,


Merci, pour ton passage. 


Bonne journée


Bisous F.M


 



Sylvia 17/02/2011 06:20



Le corps nous impose parfois des épreuves bien pénibles...heureusement qu'il y a la chaleur humaine pour les adoucir.


Douce journée cher David



Fedida Maklouf 17/02/2011 12:05



Bonjour Sylvia,


Tu as raison, comme toujours.


Belle journée et mille bisous


David. F.M