Page 41 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf

link 

 

En vrac !

Contexte : le personnage principal, replonge dans un coma diabétique, il est entre la vie, la mort et rêve. Peut-être pas? 

http://1.bp.blogspot.com/_74t7p8ZOXeM/TTQkOTxFc3I/AAAAAAAABJI/gi_71Q7rlYw/s1600/wayne_levin.jpglink

 

Roman écrit de nuits en nuits

 

 

Il perdait de l'altitude, et se devait d’atterrir malgré lui… 

Il allait du monde des vivants aux ténèbres, faisait des allés et retours de la nuit à la lumière, se déplaçait à la vitesse du son, d’un point à un autre du globe, sans effort, par la magie de sa seule pensée. Volait au-dessus des montagnes, planait au-dessus des écumes, se mêlait aux voles du goéland, frôlait les grattes ciel, se posait sur les nuages, dansait avec les étoiles au firmament. Chantait avec les sirènes, hurlait avec les loups, pleurait avec les bébés phoques, jouait avec les dauphins, plongeait avec les goélands, se prélassait avec le roi lion, chassait avec le lynx, travaillait comme une fourmi et butinait avec les abeilles. 

Il avait la faculté d’aller de l’infiniment grand à infiniment petit à la nanoseconde. Il aimait voler en rase-mottes au-dessus des champs de blés. Les épis cinglaient son corps nu, fouettaient son visage, et ses mains caressaient les têtes de soleils, des tournesols gorgés de capitules, faisait des loopings au-dessus des champs de colza, frôlait les herbes folles, passait au-dessus des lacs, des cours d’eaux pour se rafraîchir en touchant l’eau de ses mains. Puis, épuisé de joie, repu de tant de merveilles, les yeux remplis d’images, le coeur brûlant, le souffle coupé - par tant de beauté. Il se posait sur la cime d’un pin d’Alep, parfois à coté d’un nid d’aigle, et contemplait les paysages. Scrutait de ses yeux perçants, le monde, et ses occupants. 

à demain peut-être...



 

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

Evy 26/02/2011 23:44



Bonsoir


combien de fois quand je rêve je vole ..et je suis si bien ...douce nuit a toi bisous evy



Fedida Maklouf 27/02/2011 03:32



Bonne nuit Evy et fait de beaux rêves en volant très haut ...


F.M



Sylvia 26/02/2011 17:30



ah, tu vas bien, mon cher David, excuse moi de m'etre inquiétée pour rien. Je suis heureuse, je t'embrasse



Sylvia 26/02/2011 14:59



David,


du haut de ton pin d'Alep, me vois-tu qui attend de tes nouvelles mon ami?


Tendresse


Sylvia



Fedida Maklouf 26/02/2011 16:56



Sylvia,


Ma douce, je vais bien. 


Je redescends de mont pin, pour toi, pour te lire avec bonheur. 


Je suis allé sur ton blogue, mais je n'ai pas eu le temps encore de poser une goutte de pluie, sur ton beau pépin.


Bonne journée, avec ou sans pluie


David.F.M  



Sylvia 26/02/2011 14:47



C'est magnifique, cela ressemble à un voyage chamanique... quitter un corps souffrant et dilater sa conscience pour épouser toute forme de vie....


Comment avoir envie de revenir, retrouver la pesanteur de la chair, les limites du corps...


Seule la puissance de l'amour pourrait convaincre de faire machine arrière, le personnage principal en aura-t-il la force?