Page 42 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf

 

 

En vrac !

Contexte : le personnage principal, replonge dans un coma diabétique, il est entre la vie, la mort et rêve. Peut-être pas? 

Roman écrit de nuits en nuits

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcS8aWv1GcZrYW2k2IQakW5b9pOrqbTQcrp241XwF7PFrPkL1qrtEQ

link  link

Il pouvait voir un trou de souris à des kilomètres sans aucun effort, il pouvait traverser les maisons, les murs, il pouvait tout entendre, le craquement d’une brindille, le souffle du renard vulpes, le saut d’une carpe ou d’une rainette cendrée, le vole de la libellule mélancolique au corps bleu acier aux ailes tachées de blanc, le roucoulement de la tourterelle maillée. 

Il voyait en clair la misère des mortelles, la cupidité, la jalousie, la haine, les infamies, la tromperie, la mesquinerie, les lâchetés, la vilénie et tous les travers de l’engeance humaine, avec ses fourberies, ses faux émois, sa sensiblerie faussement compassionnelle, ses révoltes de paliers, ses tricheries pour deux sous et ses trahisons pour pas grand-chose.
Il voyait tout, il entendait tout, peut-être même arriverait-il par entrevoir et appréhender un menu fragment de vérité? Dans ces moments-là, il ressentait une immense souffrance, témoins malgré lui de scènes, dont il n’avait pas le contrôle et comme un pervers voyeuriste et maso il jouissait, malgré lui. 
à demain peut-être...

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

Evy 28/02/2011 23:19



Bonsoir


Un petit tour chez toi dans ton monde  merci pour ce partage passe une bonne soirée au plaisir de te lire dans la communauté " l'univers magique " bisous féerique Evy






David F.M 28/02/2011 20:11



Ma cher Sylvia,


Merci, de pensée à moi avec tendresse, et pour tes mots doux qui me donnent du courage en me réchauffe le coeur.


David Mille bisous



Sylvia 28/02/2011 09:28



Cher david,


je me jette sur ton écrit comme la faim sur le pauvre monde... David qui écrit = joie pour Sylvia qui se dit que David va un peu mieux! 


Donc un peu ragaillardie, Sylvia se fend d'un petit commentaire que voici:


L'omniscience n'a pas que des avantages lorsqu'elle touche à la condition humaine, porter les maux de l'humanité confine à la folie, les vivre en condensé nous mène à la furie. Heureusement qu'il
y a les animaux et les plantes, protégés dieu merci de toutes ces turpitudes...


Je t'embrasse affectueusement