Page 43 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf

link link Clic ici

 

En vrac !

Contexte : le personnage principal, replonge dans un coma diabétique, il est entre la vie, la mort et rêve. Peut-être pas? 

 

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcSm-j_WT3pzeB-2vraw2fRStOL7jd36opQb9JQ4uE47XUtQXRgP

 

Roman écrit de nuits en nuits

Il ressentait, grâce à son pouvoir, la détresse de l’homme se débattant, depuis l’éjaculation du fluide organique de son concepteur - ainsi que les spermatozoïdes jouant des coudes, pour atteindre l’ovule de la femelle. 

La compétition spermatique, force de sélection puissante, expliquerait certains traits, physiologique de l’être ?

Ensuite, il fallait encore se malmener à l’état embryonnaire jusqu’à la formation du fœtus, déjà tellement éprouvés par tant et tant de luttes, avant même la naissance. 

C’est sûrement pour ça, que les bébés pleurent quand ils sont expulsés du ventre de leur mère? 

Ils redoutent déjà le monde qui les espère, pressentent les souffrances qu’ils devront endurer, tout au long du chemin et ce, jusqu’à ne plus exister. Que d’embûches sur le sentier de la vie, combien de traquenards avant d’atteindre le néant. 

Pour sa part, il avait, de son expérience, retenu les guerres, les désillusions - non - pas tout à fait, de temps à autre, il avait eu des fulgurances de joies, reçu des éclats de bonheurs, entrevu des lueurs d’espoir. Mais ces instants fugaces, où ses espérances un instant renaissaient, le laissaient encore plus fragile et désemparé, quand elles l’abandonnaient. Orphelin.

à demain peut-être...

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

Sylvia 03/03/2011 11:50



Cher David, merci... si mes commentaires tombent juste c'est que tes écrits me correspondent..mais tu dois me trouver bien égoiste de te solliciter alors que tu es fatigué... je me soucie de toi,
c'est peut-etre excessif pour une amitié virtuelle mais c'est ainsi, je n'aimerais pas perdre le fil ténu de nos échanges dans le vaste océan du web...j'ai envie de savoir si tu vas bien et sache
que je pense moi aussi à toi. On ne s'est jamais vus mais je sais avec certitude que j'aurais aimé  te connaitre...


Bon, c'est un peu mélo mais tant pis



Sylvia 03/03/2011 10:13



David,


2 jours sans te lire et je suis en manque...


Tendresse


Sylvia



Fedida Maklouf 03/03/2011 11:10



Cher Sylvia,


Je suis désolé, mais j'étais un peu fatigué, un peu à l'ouest. Mais sache que je pense à toi, toujours. 


Amitié, David 



Sylvia 02/03/2011 07:14



Bonjour mon cher David,


c'est si gentil...


Pour la fin de ton écrit: le sentiment d'abandon est comme un linceul, il nous met à terre, il prend ses racines vénéneuses dans les affres de l'enfance, elles ont grandi avec nous et ont fait ce
que nous sommes. Ce n'est pas un cadeau enviable mais c'est le notre. L'accepter, le dépasser est l'affaire d'une existence entière...


Je t'embrasse très tendrement mon frère d'ame



Fedida Maklouf 03/03/2011 11:04



Cher Sylvia,


J'attends de mon coté tes commentaires avec gourmandise, toujours juste, tu frappes à tous coups, au coeur, à l'essentiel. c'est un miracle
incroyable! 


Plein de bisous David.F.M


 



Sylvia 01/03/2011 21:18



Bonsoir cher David,


encore un texte beau et riche qui nous remue...la vie est un combat, du début à la fin où espoirs et désillusions se succèdent sans relache. J'espère que ce n'est pas pour rien, qu'il y a à tout
ça une Raison qui nous dépasse...j'ai besoin d'y croire.


Douce soirée mon ami



Fedida Maklouf 01/03/2011 23:30



Bonsoir Cher Sylvia,


Merci de m'être fidèle, et chaque jour présente, pour m'écrire de beaux commentaires que j'apprécie et d'avantage. Tu me donnes des forces et m'encourage.


Je t'embrasse


David.F.M



Evy 01/03/2011 18:11



bonsoir


encore une journée de passé mon petit passage pour te souhaiter une bonne soirée bisous evy



Fedida Maklouf 01/03/2011 23:23



Bonsoir Evy,


Merci pour ta visite.


F.M Bisous