Page 44 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf

 

 

En vrac !

 

 

Contexte : le personnage principal,  malade, se réveille, chez lui, seul.


http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTy-p6lGXPqVlkfXXwXOvsuZvLGF7KaLyGSSbuYELuaE_jm8tgYaQ     link    link

 

Roman écrit de nuits en nuits

 

 

Un orage, avait éclaté au-dessus de Paris.

Les larmes de Dieu, inondaient le bitume. Des éclairs de feux, zébraient le gris coléreux, des cumulonimbus capillatus. La musique trépidante de l’averse, poussée par les vents, frappait les carreaux de la seule fenêtre de la pièce, - et les précipitations en rafales lui rappelaient les harmonies d’une musique d’Igor Stravinsky, l’oiseau de feu, plus précisément la danse infernale, du roi Kastchei. 

 

Maintenant réveillé, il contemplait l’averse.

Il savait que la pluie, était un miracle visible donné par Dieu aux hommes. 

Sinon, comment expliquer que cette masse d’eau,  tombant du ciel, formait des gouttes toutes parallèles entre elles. Il avait fait une expérience plus jeune, de verser dans un égouttoir de l’eau, et le constat était simple, les gouttes d’eau se rejoignaient forcément et formaient finalement, une trombe d’eau dévastatrice. Mais, grâce à Dieu, la terre en était épargnée, de fait.

Ce phénomène miraculeux, était visible de tous. Mais l’homme ne sait pas voir. 

Il ne voie rien, de ce qui lui crève les yeux. Comme le vent qui jamais ne cesse, et pareille pour la rosée, qui est éternelle et journellement renouvelée sur toute la surface de la terre. Voilà les miracles actuels et perpétuels qui devraient nous rendre la foi et l’humilité. 

à demain peut-être...

 

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

David F.M 04/03/2011 01:31



Sylvia,


 tu me réchauffes dès que je te lis.


Douce nuit. 


D.F.M  Bisous et re



Sylvia 03/03/2011 21:57



Lorsqu'on est resté allité un certain temps, c'est comme si nos sens au repos forcé s'étaient aiguisés et alors ils perçoivent des choses jusque là complètement négligées. Dommage que cet état de
grace ne dure guère. On peut le retrouver parfois de façon très fugace ou alors par la méditaion ou la prière.


Plein de chaleur pour toi david


Sylvia