Page 47 : En vrac!

Publié le par Fedida Maklouf

 

En vrac!

 link 

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTJpsJrBgGcZvR2zJ2Hlj3j0KV9JreSjhfCBabA3SyGOtXTsaWWsg link

 

 

Contexte : le personnage principal, malade, se réveille d'un semi-coma diabétique chez lui, Évelyne est à son chevet.

 

Il avait toujours regardé les arts, (la peinture en particulier), sans a priori, en se fichant de la cote de tel ou tel artiste, de sa notoriété. Il se contentait d’une émotion face à l’œuvre, d’une vibration intime qui le mettait quasiment en transe.

.

Il revoyait encore aujourd’hui, les toiles qu’il n’avait pas pu se payer, faute de munitions, et il en souffrait encore, et le vivait, comme une véritable frustration.

.

Dans sa vie, il avait rapidement manqué de fric - mais nanti, il en serait rendu au même point, c'est-à-dire fauché, ruiné sûrement - par des acquisitions intempestives d’originaux, qu'il n'aurait pas manqué de faire. Il n’avait pas de limite, et ne pouvait, réprimer ses pulsions d’achats quand il était face à une toile, une sculpture, un livre, ou de la musique. 

.

Il écrasait sa cigarette, refermait son cœur, étouffait ses angoisses, éteignait ses rancœurs, ses jalousies et jetait ses ambitions, rassemblait son courage, et les forces qui lui restaient…

.

- Écoute, il faut que je te laisse. J’ai abandonné mon mec. J’ai absolument besoin de faire les courses pour toi, et pour mon mari. 
Tu n’as plus rien de mangeable, et mon homme, je l’ai complètement abandonné - le pauvre.  
-Il ne fallait pas te donner tout ce mal, je suis désolé ». Dit-il à Évelyne.
- C’est normal, tu en aurais fait autant pour moi. 
Tu veux que je te ramène quelque chose de particulier?
- Oui, des cigarettes. Qu’il avait répondu.
- Mais tu es fou, ou quoi?
-Tu peux déjà plus respirer, tu veux mourir! Ah j’oubliais ton insuline et dans le frigo, n’oublie pas de la prendre cette fois! Je repasse te voir demain.

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

Evy 14/04/2011 21:33



Bonsoir petit tour chez toi pour te souhaiter une bonne soirée bisous evy



Fedida Maklouf 15/04/2011 15:39



Evy, 


Merci pour ton passage.


Bisous



Sylvia 06/04/2011 16:44



Cher David,


tu me manques aussi. Mon blog est en pause mais si tu veux on peux continuer à échanger, j'en serais heureuse. Si tu es ok je te donne mon adresse mail en message privé. 


Bises 



Fedida Maklouf 07/04/2011 21:24



Cher Sylvia, ma douce, ma tendre,


Bien sûr, j'en serais heureux. Tu as vu que je n'écris pas beaucoup en ce moment. J'entretiens le blogue avec le design. Je n'ai pas trop l'envie décrire. Mais je tiens à notre relation
privilégiée. 


Bisous, mille bisous


David



Sylvia 04/04/2011 19:27



Je ne t'oublie pas David...


J'aime beaucoup ce nu, la flamboyance du roux qui tranche sur la paleur délicate de la peau. C'est beau ce que tu dis sur la douleur de ne pouvoir acquérir une oeuvre qui nous fascine, c'est un
peu comme aimer quelqu'un d'inaccessible.


Je t'embrasse


Sylvia



Fedida Maklouf 05/04/2011 21:45



Merci pour ta visite et ton commentaire toujours juste.


Je pense à toi, tu me manque beaucoup.


Bonne nuit cher Sylvia