Page 7 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf


Roman écrit de nuits en nuits.

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRARi6NSnORRLlMFpzBoJjfDeFOKy5WsRTs9L_CjDR3baP8XQS9SQzXAUuY

 

Il lui arrivait de se souvenir de son enfance de merde, chez des tantes sans amour. Le temps que sa mère aille aux cours de l’ORT, école juive où l’on vous apprenait un métier. C’est ce que sa bonne mère avait fait. Pour, au sortir, trouvez un boulot décent, afin de lui donner la becté. C’était avant qu’elle ne tombe malade des poumons. Mal soignés dans son enfance, faute de moyens. Malade, d’avoir perdu ses parents, dans sa dixième année, de s’être battue, pour élever comme une mère, ses frères et sœurs. Comme une sainte. Dans cette Algérie, qui ne connaissait pas la sécurité sociale, l’assurance-chômage, le RMI, le R.S.A et j’en passe… Quant à lui - pendant ce temps, il avait été placé en maison d’accueil, en attendant que sa mère sorte de convalescence, de ses emmerdes. 

Il avait attendu sagement… 

Que sa mère revienne le chercher, pour le ramener à Paris, chez elle, dans sa maison. 

C’était ce qu’elle avait fini par faire.  

Un bel après-midi d’automne, elle lui était apparue, tel un ange, dans sa belle robe blanche damassée, son beau sourire de mère aimante, et son inséparable raz de cou de perles fines. 

Ce jour, avait été le plus beau, de sa petite vie. De retour à Paris, il avait découvert le quartier, la rue, la maison, où, il allait maintenant pouvoir enfin vivre, avec ses parents, dans la vraie quiétude d’un foyer retrouvé. 

à demain peut-être... 

 

 


Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

Arlette Philbois 08/12/2010 06:36


Bonjour

Un triste souvenir remonté à la surface...Pour la communauté il ne vous reste que quelques jours pour publier... sans publication, votre blog sera supprimer le 15 décembre...bonne journée...Arlette