Page 8 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf

 

Roman écrit de nuits en nuits. Point final improbable.

http://t0.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcTbLoIZuETGhn2EhoDFqUqdlb8wE2Fg79Go5M4y_At2ZVJxArWgOQ

Le café brûlant, maintenant, réchauffait sa gorge meurtrie par les inhalations répétées des bouffées de cigarettes, et le goût du moka, lui redonnait l’envie d’en rallumer une, puis une autre et une autre, et ainsi de suite... Le café, il en buvait par crainte de la maladie d’Alzheimer. Oui, il avait lu que la caféine retardait le déclenchement du cataclysme et depuis ce jour, il avait triplé les doses voire quadruplées et plus il en buvait, plus il aimait. D’autant que cela, augmentait son envie de fumer, et, de causes à effets son suicide en serait facilité. Ce qui l’arrangeait.

Il avait aimé la vie, comme il avait aimé les putes, en trichant. Il avait toujours eu, avec ces filles un comportement de faussaire, d’escroc, elles avaient fini par s’en apercevoir. Et aujourd’hui, elles le lui rendaient bien.

Maintenant. Tout rentrait dans l’ordre. Il arrivait au bout du chemin, en vrac, défait, dépité, cassé, éparpillé. Fatigué. Son cœur courrait dans tous les sens, excité par le tabac, la caféine, et ses idées, dans un désordre chaotique, bousculées, venaient s'écraser au mur de ses pensées.

Des bouffées de chaleur l’assaillaient et augmentaient ses angoisses, ses vertiges, et favorisaient la venue de ses fantômes, compagnons de mauvaise fortune, de ses nuits à rallonges, qui ne lui laissaient, plus aucun répit. Il avait fini par les considérer, les accepter, et s’en accommoder. Faute, de pouvoir lutter. Il les recevait, comme s’il se fût agi d’une visite inopportune, de quelque lointaine filiation, qui vous obligerez, à l’héberger une dizaine de jours. Sauf, que dans son cas, c’était pour le reste de ses jours ! De ses nuits!

Sa vue avait chuté, et il avait des troubles, par instants, des brouillards, de plus en plus fréquents, ce qui ajoutait à ses fantasmes et amplifiait sa paranoïa.

à demain peut-être...

F.M Olivier David

 

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

Arlette Philbois 09/12/2010 18:34


Ecrire permet d'exorcicer nos maux...Continuer...
bonne soirée


Fedida Maklouf 10/12/2010 03:53



Merci, bonne soirée également



Arlette Philbois 08/12/2010 20:21


Un texte sombre et noir, des idées noires...sur le bilan d'une vie cahotique...merci pour ce partage
douce soirée...


Fedida Maklouf 08/12/2010 22:05



Bon soir, merci de ressentir mes maux- à- mots. Cordialement