Page 25 : En vrac !

Publié le par Fedida Maklouf

http://t3.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcQ_NtzrSFzCL7JIOO83imq1-PdtxG6MQIXRgp2NTM7KWw9GBe_Q

 

Roman écrit de nuits en nuits.

 

 

J’ai revu Niema hier. 

On a passé une bonne soirée, elle a dormi dans mes bras, jusqu’à dix heures trente, de ce matin marocain, elle dormait à moitié nue, quand je l’ai abandonné.

Avant de partir je l’ai taquinée, je voulais qu’elle se lève.

J’étais jaloux de son sommeil.

Dehors, le soleil, commençait à faire le beau, et mes yeux endormis me faisaient mal, j’avais oublié mes lunettes. 

J’avais beau essayer d’écarquiller mes yeux, impossible, j’avais du mal à conduire. 

J’ai repris la route, tant bien que mal, vers la maison, en écoutant un CD, de George Wassouf. 
Un chrétien Syrien, qui est très populaire dans les pays arabes, et sa musique me fait pleurer, sa voix cassée par les blessures, et la coco, me bouge les tripes. Je l’aime - alors, je le repasse en boucle, depuis deux mois et demi.
Le temps passe.
Moi, je passe aussi.
Le temps, me pourrit.
La vie s’écoule…
Moi je m’écroule - me vide. 

à demain peut-être...

http://t2.gstatic.com/images?q=tbn:ANd9GcRhGXm4OWiYZnwMMMSps7hfc4loMGtr26sc99hv9XwiMBk93ZoP

Publié dans ROMAN EN VRAC !

Commenter cet article

Fedida Maklouf 21/01/2011 00:28


Bonsoir Sylvia,
Tu as raison, j'étais sur la route; en voyage difficile d'écrire. J'ai validé ton blogue.
je suis heureux de te lire vite.
Douce soirée ou bonne journée.
F.M


Sylvia 20/01/2011 18:45


Coucou FM,
je suis heureuse de te lire, je te croyais disparu...j'espère que tu vas bien..
Douce soirée à toi

Sylvia


Fedida Maklouf 20/01/2011 12:09


Cher Sylvia,

Tu me résumes en quelques mots, mieux que je ne saurais le faire en dix pages. Et ça n'est pas facile !

Très bonne et douce journée

F.M


Sylvia 18/01/2011 16:33


Cher FM,

Marrakech, Paris, les chroniques d'une vie en vrac...ainsi se jette un pont entre deux rives... les lieux, les femmes et les époques se confondent. De ce patchwork d'émotions, l'ame d'un homme peu
à peu se dessine.